Notez

Joëlle Conti, Présidente


Lorsque vous rencontrez Joëlle Conti, petite femme brune aux cheveux courts et qu’elle vous dit bonjour, nul besoin de lui demander de quelle région elle est issue, son accent plein de soleil vous dit : "je suis du sud-est !".
Joëlle demeure aux portes d’Avignon dans un petit village où fleurissent les mimosas.
Joëlle fait partie des rares femmes qui ont la fonction de Présidente dans le monde des courses hippiques.



Joëlle Conti, Présidente
Joëlle, comment devient-on Présidente ?
Tout d’abord pour moi, ce qui n’est pas le cas pour tout le monde, je suis issue de 3 générations de marchands de chevaux trotteurs.  Mon Grand-père a créé l’hippodrome de La Levade à Bollène dans le Vaucluse. Comme vous voyez, le trot a toujours fait partie de ma vie.
Il y a 22 ans, le Président de la Société des Courses de Bollène m’a proposé de rentrer à la Société des Courses et de devenir Commissaire, ce que j’ai accepté avec plaisir. Puis, 2 ans plus tard, j’ai été élue Vice-présidente et, depuis 17 ans, je suis Présidente de la Société des Courses.
 
Je sais de sources sûres que votre fonction de Présidente ne s’arrête pas là ?
Elle sourit : Oui, vos sources sont exactes, je suis aussi Présidente du Conseil régional Trot de la Fédération  régionale des courses du Sud-est et Vice-présidente de la filière cheval PACA.
 
Qu’est-ce que le Conseil du Trot ? Qu’y fait-on ?
Cette Commission est constituée de 6 socioprofessionnels ainsi que de 6 membres issus des Sociétés de Courses. Notre rôle est de travailler chaque année sur le calendrier des courses hippiques de notre région, puis de régler les problèmes entre sociétés et professionnels, d’apporter lors de travaux sur les hippodromes notre expertise et d’allouer des aides financières pour les travaux aux hippodromes.
Cela demande beaucoup de disponibilité car je dois me rendre sur les hippodromes où je rencontre les professionnels qui ont un métier très difficile.
En tant que Présidente, je me dois d’être à leur écoute.
 
Je sais que ce travail qui est du bénévolat, il faut le signaler, vous accapare beaucoup, vous avez par cette fonction des réunions aussi à Paris, car vous siégez au Comité du Cheval Français ?
Oui, vous avez parfaitement raison, de part ma fonction je me rends à Paris car je siège dans plusieurs commissions, ce qui est passionnant, car notre travail permet de faire avancer les choses au niveau national, et de rencontrer des collègues de différentes régions.
Je suis dans la Commission « relations extérieures et promotion du Trotteur », présidée par Monsieur Jean-Luc EGRET et la communication du trot afin de faire avancer les courses en pensant aux turfistes.
Il y a aussi la Commission de la Province, présidée par Monsieur Essartial qui s’occupe de la problématique de chaque Fédération, des nouvelles conditions de courses, afin que cela progresse dans le bon sens, la parole étant donnée à toutes les personnes présentes.
Puis, la Commission du Bien-être animal, présidée par Monsieur Eric Fremiot accompagné de Monsieur Guillaume Maupas car le respect du cheval est avant tout notre politique.
 
Actuellement, les courses sont aussi touchées par la crise, la baisse des enjeux, la baisse de fréquentation du public sur les hippodromes, la TVA, les charges sociales etc…
Comment voyez-vous l’avenir ?
C’est vrai que la période actuelle n’est pas bonne, les professionnels sont inquiets comme tous les Présidents et je les comprends. Il est vrai que le travail est difficile mais j’espère qu’avec beaucoup de solidarité on arrivera à quelque chose.
 
Madame la Présidente, les élections approchent fin 2015, est-ce que vous êtes prête pour un nouveau mandat ?
Lorsque je suis arrivée à cette fonction, j’étais un peu inquiète car il y avait très peu de femmes à cette fonction et encore moins dans ma région, je me suis dit que se faire entendre serait difficile mais pas impossible. Très vite mes craintes se sont envolées, car mes collègues m’ont traitée avec respect et  j’ai beaucoup de plaisir à apporter ma contribution à l’Institution. En ce qui concerne un nouveau mandat, j’y réfléchis car c’est un choix important.
 



Martine Della Rocca




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :









1 2 3 4 5

Actualités | TROT TOP TOUR | Les actions | Portraits de Femmes | Filière cheval | Elevage | GESCA | Paroles d'experts | Adresses utiles | Coup de cœur | Coup de pouce