Notez

Interview de Stéphanie Le Bail, auteur & biographe

Diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix en Provence, Stéphanie Le Bail a étudié un an en Chine dans une Ecole d’Art avant de suivre un MBA de Management du Luxe dont elle est sortie major en 2007.

Ayant déjà écrit une dizaine de livres et biographies, elle travaille fréquemment avec des hommes politiques et des économistes. Elle a notamment cosigné un livre avec Isabelle du Saillant sur le Festival musical de la Vézère et un ouvrage sur le Printemps Arabe avec l’Amiral Lanxade, ancien Chef d’Etat Major des Armées sous Mitterrand.
Son dernier livre, intitulé « Le Luxe entre business et culture », paraîtra à l’automne 2011.

Cavalière depuis l’enfance, Stéphanie Le Bail a en outre été rédactrice en chef d’une revue de polo et cultures équestres de 2008 à 2010, dans laquelle elle a publié de nombreux articles.

A travers cette interview, elle nous présente son activité de biographe.



Pourquoi avoir choisi l'écriture ?

Interview de Stéphanie Le Bail, auteur & biographe
Je ne l’ai pas choisi. Je n’aurais jamais osé me lever en matin en me disant : « je vais écrire ». Ce sont d’anciens professeurs qui ont remarqué ma « plume » et m’ont confié mes premiers contrats : un ouvrage pour le Maxim’s Business Club, des interviews d’hommes politiques et d’économistes, la rédaction en chef d’une revue équestre… En réalisant ces projets, j’ai rencontré des gens désireux d’écrire leurs biographies. Nous avons commencé à travailler ensemble et j’ai découvert un métier extraordinaire.

Plusieurs types d’écriture donc ?

Interview de Stéphanie Le Bail, auteur & biographe
Oui. On n’écrit pas un article, un essai, un roman ou une biographie de la même façon. La construction du livre est différente à chaque fois. Mais la musique demeure. L’écriture est une musique, avec ses silences et ses rythmes, que l’on utilise pour soi ou que l’on met au service de la pensée des autres.

Pourquoi le choix de la biographie ?

Qui n'a pas rêvé de trouver dans sa bibliothèque un ouvrage retraçant la vie d'un grand-père ou d’une grand-mère, les étapes de leurs vies, leurs peines, leurs plaisirs ? Les enfants ignorent parfois quelle était la vie de leurs parents avant qu’ils ne viennent au monde. La vie quotidienne ne nous offre pas toujours l’occasion d’aborder les sujets qui nous touchent au plus profond. Ecrire une biographie permet de laisser une trace (souvent complémentaire à la réussite professionnelle), un enseignement pour les générations futures. Transmettre. Se raconter. Se prolonger. Par amour. C’est un métier que j’aime infiniment.

Et concernant la méthode, quelles sont les étapes de la rédaction d'une biographie ?

Interview de Stéphanie Le Bail, auteur & biographe
En termes de délais, il faut entre deux mois et un an. La méthode est très variable d’une personne à l’autre. Certains veulent aller vite et se raconter d’un seul trait. D’autres souhaitent prendre leur temps. Dans un cas comme dans l’autre, l’écriture donne lieu à plusieurs heures d’entretien. J’écris. Puis les retouches se font à « quatre mains ». La seule règle est d’être à l’écoute, au service de l’autre. Chaque personne est différente. Et je remarque souvent que les évènements d’une vie, les faits, la chronologie s’organisent d’eux-mêmes. Naturellement. Comme si le livre était déjà écrit, dès la première rencontre. Les personnes avec lesquelles je travaille portent l’ouvrage en elles. La seule règle est que biographe et biographié se plaisent. Une connivence réciproque s’installe. Des rapports de confiance se créent. Il faut du temps pour écrire un livre. Chaque rencontre doit être un plaisir partagé. J’ai été très touchée lorsqu’un grand chef d’entreprise m’a dit un jour, au terme du travail, que je faisais un peu partie de sa famille…

Qu’en est-il des problèmes d'éthique, de moralité ?

Interview de Stéphanie Le Bail, auteur & biographe
Il ne faut pas juger. Jamais. J’en serais d’ailleurs bien incapable. J’ai moi-même vécu des choses difficiles. La vie est complexe et mouvante sans cesse. C’est ce qui fait sa richesse. L'humain est beau dans ses joies et ses succès mais également dans ses faiblesses et ses erreurs. Toutes les vies sont complexes, faites de clairs obscurs. Il n’y a pas de bien ou de mal ; il n’y a que des choix faits à un moment donné, des orientations prises selon les circonstances. La vie peut nous amener à tout pardonner. Mais on n’oublie pas. Patrick Besson a écrit que les habitudes de la jeunesse sont celles que l’on perd le plus difficilement… Les seules limites du récit sont donc celles que la personne biographiée voudra poser.

Qu'est ce que les chevaux t'ont appris par rapport à ton métier ?

Interview de Stéphanie Le Bail, auteur & biographe
Ils m’ont appris à céder. À peser le moins possible sur leur dos. À m’abolir. À faire confiance. À cheval, il faut être patient. Un proverbe dit que si on a la journée pour obtenir quelque chose d’un cheval, cela prendra dix minutes ; à l’inverse, si on a dix minutes, cela prendra la journée. Il ne faut jamais brusquer les chevaux. Au contraire, il faut se fondre dans la lenteur de leur âme. Savoir attendre. Se laisser emporter. Je crois que l’aboutissement de l’équitation est de suggérer peu pour obtenir beaucoup, esquisser une demande et voir le cheval renouer avec les allures sauvages et gracieuses de la liberté. Il ne faut pas être au « dessus » mais « dedans ». Les chevaux sont des êtres de silence et de dépouillement. Il en va de même avec l’écriture. Les mots s’effacent devant les élans du cœur. Les phrases jaillissent et nous renseignent sur ce que nous portons en nous.


Par Isabelle Hofstetter




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :









1 2 3 4 5

Actualités | TROT TOP TOUR | Les actions | Portraits de Femmes | Filière cheval | Elevage | GESCA | Paroles d'experts | Adresses utiles | Coup de cœur | Coup de pouce