Notez

Vivette Lopez, Sénatrice engagée

Femme : Cheval Passion poursuit sa série d’interviews sur son site auprès de ces femmes dont défendre les autres est une mission. Elles sont Ministres, Sénatrices, Députées, pour qui la politique est une passion. Notre rencontre d’aujourd’hui est avec Madame Vivette Lopez Sénatrice du Gard.



Vivette Lopez, Sénatrice engagée
Après nos entrevues avec mesdames Martine Leguille-Balloy, Députée de Vendée et Catherine Procaccia, Sénatrice du Val de Marne, Anne Catherine Loisier, Sénatrice de Côte d’Or, Aurore Bergé, Députée des Yvelines et Véronique Louwagie Députée de l’Orne.
 
Allons rencontrer Madame Vivette Lopez Sénatrice du Gard : 
 
Madame la Sénatrice, votre département compte un grand nombre d’entreprises dont l’activité se consacre au cheval. Qu’est-ce qui motive votre intérêt pour la filière cheval ?
 

Je suis Sénatrice dans le département du Gard où cette filière occupe une place importante tant en matière économique, social et environnemental.
Par ailleurs j’ai été surprise de constater que 40% des exploitations étaient dirigées par des femmes. Le cheval fait partie intégrante de nos paysages et contribue à leur beauté.
 
Que représente pour vous cette économie sur votre territoire ?
 

Dans la région Occitanie, la filière cheval représente 5000 entreprises qui génèrent 7000 emplois directs pour 143 000 ha de surfaces agricoles valorisés.
Dans le département du Gard, cette filière compte plus de 350 structures pour 8000 ha valorisés par le cheval. Elle est répartie sur l'ensemble du département avec des élevages de chevaux Camargue sur le littoral et des chevaux spécialisés dans l’endurance dans les garrigues et sur les causses. On estime le nombre d'équins à 5000 sur les exploitations professionnelles et à 2000 chez les non professionnels soit un total de 7000 équidés dans le paysage gardois. Par ailleurs le tourisme équestre est un véritable atout pour notre offre touristique départementale.
  
Quel développement économique dans l’avenir voyez-vous pour la filière ?
 

L'augmentation du taux de TVA a pénalisé le développement de cette filière bien qu’une solution temporaire ait été trouvée pour les centres équestres. Pourtant la problématique reste entière pour la vente des équidés et le tourisme équestre. Aussi, le retour au taux réduit de TVA pour l'ensemble des activités équestres reste une urgence absolue pour l'avenir de la filière équine.
Par ailleurs je tiens particulièrement à la préservation de la race du Cheval Camargue qui est officiellement reconnue par les Haras Nationaux depuis le 17 mars 1978 et dont les éleveurs sont regroupés en Association, l'A.E.C.R.C. (Association des Eleveurs de Chevaux de Race Camargue - 246 éleveurs sont répertoriés dont 156 dans le berceau de race qui s'étend de Montpellier à Fos sur Mer en passant par Lunel, Tarascon et Salon de Provence).
Le cheval de Camargue est un emblème pour toutes les gardoises et tous les gardois et assure un ancrage culturel fort qui contribue au maintien de nos traditions.

Merci Madame
 


Delphine Raoul




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :









1 2 3 4 5 » ... 6

Actualités | TROT TOP TOUR | Les actions | Portraits de Femmes | Filière cheval | Elevage | GESCA | Paroles d'experts | Adresses utiles | Coup de cœur | Coup de pouce