Notez

À LA RENCONTRE DE SOPHIE BLANCHETIÈRE

Nous rencontrons, aujourd’hui, Sophie, une jeune femme discrète et opiniâtre, 7 fois Championne de France des amateurs au Trot. Elle demeure avec sa famille dans le sud-est de la France à Fuveau, qui se situe à 40 km de Marseille, où Yannick Alain, son compagnon, entraine des chevaux de course.



Depuis plusieurs générations la passion du cheval Trotteur fait partie de la vie de votre famille.
 

Oui, en effet, mon père, Michel Blanchetiere, était entraineur de chevaux de courses au Trot mais également mon grand-père côté maternel Robert Hanse, et maintenant je partage ma vie aussi avec un entraineur (Yannick-Alain Briand) dont la famille est aussi dans le Trot et forcément nos enfants Theo et Estéban aussi se prennent au jeu, ils participent aux courses de Trot à poney.
 
Depuis quand pratiquez-vous le cheval ?
 
Le cheval, j’ai grandi avec, je le pratique depuis toute petite !!! Papa venait me chercher à l’école en dresseuse*. A l’âge de 11 ans, j’ai fait quelques courses de poney attelé et ensuite vers 13 ans j'ai commencé à trotter les chevaux à l’attelé et au monté avec mon père. A partir de ce moment-là, j'ai compris que c'était « mon truc". Dès que ça a été possible, à 16 ans, c’était en 1996, j'ai pris ma licence d'amateur car il fallait que je continue l'école et papa n'avait pas dans son écurie assez de chevaux d’âge, pour que je prenne ma licence d’apprenti.
 
Quel a été votre plus joli souvenir avec un cheval ?
 
De jolis souvenirs, j’en ai beaucoup !  Il y a ceux de l’enfance, avec mon poney Dlancos, puis avec les chevaux, Adagio-Vro, un trotteur avec qui j'ai fait mes débuts en course d’amateurs et obtenu mes 3 premières victoires. Mais le plus beau de mes souvenirs restera Scarlett Turgot, une jument dont je m’occupais, qui a été victorieuse du Prix du Cornulier. Que d’émotion j’ai ressentie pendant cette course, moi qui étais dans les tribunes.
  
Les courses amateurs ne sont pas tendres, Avez-vous eu des accidents en course ? Ont-ils été graves ?
 
Des accidents, oui, j’en ai eus, comme beaucoup de mes amis qui courent en amateurs. J’ai eu plusieurs chutes dans ma carrière. Celle qui m'a marquée le plus, c’est celle qui  s’est produite sur l’hippodrome de Cagnes sur Mer, j’avais eu pas mal de contusions aux côtes, au bras mais surtout aussi des marques au visage. Mais tout ça s'oublie rapidement, et c'est reparti très vite !
  
Vous vous occupez du Trot à poney ? Pourquoi cette implication ?
 
Oui je m’implique dans le développement des courses de poneys Trotteurs sur les hippodromes de ma région, pour diverses raisons. D’abord cela me permet de vivre des moments agréables avec Théo et Estéban, de voir l'émerveillement des enfants avec leur poney, le sourire sur leur frimousse, le sérieux qu’ils ont lorsque qu’ils prennent soin de leur animal, c’est une bonne école de la vie.
Cela  m’a permis aussi de rencontrer des personnes qui ne sont pas issues des courses, car nous avons dans la discipline du Trot à poney beaucoup de jeunes enfants qui viennent de l’équitation. Lors des courses ils sont accompagnés de leurs parents qui découvrent notre monde des courses, c’est très agréable de pouvoir échanger sur notre métier avec eux, car là nous avons du temps pour répondre aux questions tandis que quand nous avons nos chevaux qui courent, c’est plus difficile. L’ambiance du Trot à poney est sympa, des liens amitié se tissent entre les enfants qui sont heureux de se retrouver sur les hippodromes.
 
Avez-vous un rêve ?
 

Un rêve, oui, comme tous (entraineur, propriétaire ou éleveur), avoir un cheval dans l’écurie de Yannick qui participe au Prix d’Amérique.
 
Mais pour vous ?
 

Pour moi, vous savez, j’ai déjà beaucoup. Je vis ma passion et je la partage avec ma famille, alors quoi demander de plus, juste que cela dure longtemps !

Merci Madame
 
*Dresseuse : voiture à 2 places tractée par un cheval


Delphine Raoul




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :









1 2 3 4 5 » ... 6

Actualités | TROT TOP TOUR | Les actions | Portraits de Femmes | Filière cheval | Elevage | GESCA | Paroles d'experts | Adresses utiles | Coup de cœur | Coup de pouce