Notez

Réponse de Marine Le Pen - Projets filière Cheval



Paris, le 6 avril 2017
 
Contact : coordination générale : GESCA (Groupe des Entreprises du Secteur Cheval en Agriculture)


Madame, Monsieur,

J’ai suivi la polémique qui a précédé l’augmentation de la TVA pour la filière équine. Je trouve scandaleux de fragiliser ainsi un secteur entier sans raison valable, sinon ponctionner toujours plus les Français. Je reviendrai donc sur cette hausse injustifiée. De plus, cette hausse était une exigence de la Commission européenne. Une fois de plus, je remarque que l’Union européenne impose des restrictions et des impôts supplémentaires sans tenir compte des conséquences économiques pour l’activité concernée. Comme vous le savez, retrouver la souveraineté française vis-à-vis de l’Union européenne est la première priorité que je me suis fixée pour mon mandat. C’est à la France de fixer ses taux de TVA, librement. Je ne me place pas en position de simple suppliant venant quémander des grâces auprès de la Commission. Je ferai donc baisser la TVA pour les filières équines.

D’autres réformes sont indispensables pour sauver la filière équine. On a trop souvent présenté l’ouverture à la concurrence comme une panacée merveilleuse capable de résoudre tous les problèmes de tous les secteurs. Or, c’est loin d’être toujours le cas. En raison des spécificités du secteur des paris hippiques, je pense qu’il faut envisager de revenir sur cette ouverture à la concurrence. Je pense d’ailleurs que les jeux d’argent doivent être très contrôlés pour éviter les dérives et les situations dramatiques qu’une addiction peut entraîner. C’est pourquoi l’État doit les encadrer strictement et une libéralisation à marche forcée est le contraire de ce qu’il faut faire. Cette façon de bouleverser la structure financière sans se préoccuper des conséquences est typique des réformes décidées sous les gouvernements Fillon puis Hollande. Il est temps de mettre fin à cette légèreté inacceptable qui met en danger des entreprises et des familles entières. Je réunirai donc tous les acteurs pour mettre en œuvre une reconstruction de la structure de financement de la filière.

Je veux aussi simplifier la vie des petites structures, c’est une de mes priorités. Je mettrai en place un guichet unique pour les TPE-PME car je pense que l’administration n’est pas là d’abord pour contrôler et sanctionner mais pour aider et soutenir les activités qu’elle encadre, dans le respect des lois. Je veux une simplification des normes et un arrêt de l’inflation normative qui est devenue insupportable pour beaucoup. En ce qui concerne spécifiquement la filière équine, il est particulièrement important que les établissements concernés puissent avoir accès à des informations claires, précises et à des règles stables afin qu’ils ne passent pas plus de temps à tenter de s’y retrouver dans la réglementation qu’à gérer l’activité qui est leur raison d’être !

Il faut bien sûr valoriser la filière de l’élevage de chevaux en France. Je veux relancer une politique agricole française dans tous les domaines en nationalisant la PAC, ce qui me permettra d’aider les éleveurs de chevaux face aux difficultés. La longue réputation d’excellence de la France doit être entretenue car c’est elle qui permettra au secteur de rayonner à l’international. La diversité de ses races de chevaux fait partie intégrante de la culture française et doit être préservée.

En ce qui concerne l’aspect sportif, je trouve incompréhensible que l’équitation, où la France excelle dans les compétitions internationales et qui représente si bien l’élégance et la culture de notre pays, ne soit pas davantage soutenue par la puissance publique. Je veux rééquilibrer les aides de l’État et des collectivités. D’ailleurs, je procéderai à une importante réforme territoriale en supprimant les échelons administratifs coûteux, opaques et peu démocratiques que sont les intercommunalités et les régions. Ce sera l’occasion de repenser la répartition de leurs moyens, y compris bien sûr les subventions qu’elles versent à diverses organisations. Il est important de diversifier les activités et les pratiques et de ne pas privilégier seulement les sports les plus populaires ou les plus médiatiques. Par ailleurs, l’équitation est une activité qui demande des infrastructures et des moyens importants, il faut aussi tenir compte de cette réalité.

Je suis personnellement une cavalière et j’ai une véritable passion pour les chevaux. L’équitation est à la fois un sport complet et exigeant et l’occasion de nouer des liens forts avec cet animal extraordinaire. Elle est partie prenante de la culture française et je suis très heureuse et très fière que l’équitation de tradition française soit depuis 2011 inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'Humanité. Les randonnées équestres permettent également de découvrir les paysages et les hauts lieux de notre patrimoine autrement. C’est donc une activité particulièrement riche dont les multiples facettes sont toutes plus intéressantes les unes que les autres et je souhaite en faire la promotion auprès du plus large public possible car je crois sincèrement que tous peuvent y trouver l’occasion de s’y épanouir.

Veuillez agréer l’expression de mes salutations distinguées,
Marine Le Pen,         
Candidate à la présidence de la République.






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :









1 2 3 4 5 » ... 23

Actualités | TROT TOP TOUR | Les actions | Portraits de Femmes | Filière cheval | Elevage | GESCA | Paroles d'experts | Adresses utiles | Coup de cœur | Coup de pouce