Notez

« Les chevaux sont une opportunité, pas un privilège »

La Sénatrice Anne Catherine Loisiser s'exprime sur Equidia Live



Equidia Live > Equidia Live > « Les chevaux sont une opportunité, pas un privilège »

Créé le 3 octobre 2017

La présidente du groupe Cheval au Parlement, Anne-Catherine LOISIER  Sénatrice de Côte d’Or , a répondu au rapporteur de la loi de Finances Joël Giraud Député Hautes Alpes –(LREM), qui a assimilé yacht et chevaux de courses, les classant comme des "signes extérieurs de richesse" et "non productifs pour l'économie".
« Malheureusement, explique Anne-Catherine LOISIER  Sénatrice de Côte d’Or ces propos montre le mal dont souffre la filière cheval. Il y a trop de préjugés sans connaître les réalités économiques ».

Première réaction épidermique de la sénatrice de Côte d’or quand lui sont rappelées les déclarations de Joël Giraud, député La République En Marche, faites  au quotidien  Le Parisien le 29 septembre. « Les yachts, les jets privés, les chevaux de course, les voitures de luxe ou encore les lingots d’or ne sont plus pris en compte dans le nouvel impôt sur la fortune immobilière (IFI). Ce n’est pas possible ! Des symboles de ce genre doivent être beaucoup plus taxés. Un yacht, c’est m’as-tu-vu, ce n’est pas productif pour l’économie »
Or des augmentations de taxes, le monde hippique français a l’impression d’en avoir connu assez, notamment via celle, très violente, de la TVA en octobre 2013, passant de 7 à 20%. Mais les idées reçues demeurent.  » Lors de l’étude du projet sur la loi de Finance, j’ai pu constater que les courses étaient cataloguées « sport de riches ». J’ai décidé d’organiser le 12 octobre une journée de découverte des courses pour les parlementaires. Elle aura lieu à Grosbois. Je veux les sensibiliser aux réalités de la filière ».

Une activité sous-valorisée
Pour ôter les œillères aux députés et sénateurs, la méthode est donc d’ouvrir leurs horizons au-delà des pistes des champs de courses les jours des grands évènements. « La plupart ne savent pas que la filière cheval en France représente 180.000 emplois directs et indirects et représente 55.000 entreprises, martèle Anne-Catherine LOISIER. La valeur de ces emplois est qu’ils sont, de plus, non délocalisables et situés dans les territoires ruraux. Il y a beaucoup d’activité générée mais elle est totalement sous-valorisée. Le cheval est une tradition mais il est aussi ancré dans le monde actuel avec des valeurs environnementales et sociétales. C’est incroyable, rien que dans ma circonscription de Côte d’Or, le nombre de start up qui sont nées avec des concepts autour du cheval. De superbes expérimentations sont lancées comme le chauffage par la méthanisation du fumier ». On peut y ajouter la valeur d’aménagement du territoire que représente le cheval avec les nombreux élevages et les centres d’entraînement qui sont des poumons verts extrêmement bien entretenus.
 
Pour Anne-Catherine LOISIER les déclarations Joël Giraud, largement reprises par les députés de la majorité présidentielle comme par les journalistes généralistes sont une traduction de la méconnaissance sur le sujet par des gens « qui ne voient pas plus loin que le poney club ou le centre équestre à côté de chez eux. Or, la filière cheval représente 15 milliards de chiffre d’affaires en France et 1 milliard d’euros de taxes directes pour l’Etat. C’est une opportunité et pas un privilège.
La sénatrice voudrait donc redistribuer les cartes et avoir l’occasion de montrer, via cette polémique, que le cheval et le cheval de course en particulier est un vecteur important de richesse non pour les propriétaires de ces destriers mais pour tout le pays.
Contacté, le député Joël Giraud n’a pas encore répondu à nos sollicitations.


Delphine Raoul




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :









1 2 3 4 5 » ... 24

Actualités | TROT TOP TOUR | Les actions | Portraits de Femmes | Filière cheval | Elevage | GESCA | Paroles d'experts | Adresses utiles | Coup de cœur | Coup de pouce