Notez

LA TVA S’EMBALLE LE CHEVAL VA MAL - LES ACTEURS SE MOBILISENT

Coordinatrice Générale du groupe GESCA Martine Della Rocca fait un premier bilan et appelle les différents acteurs à rester mobiliser derrière leurs Présidents.

Propos recueillis par Marlene Marcos du magazine Femme Cheval Passion.

Depuis plusieurs mois, l'ensemble des organisations de la filière équine (équitation, loisir, courses, élevage, commerce) réclament un retour à un taux de TVA réduit.Colloques au Sénat, conférences de presse, communiqués, appels sur les réseaux sociaux, tracs, stickers, badges, courriers aux politiques, pétitions en ligne, se succèdent. Tout ceci orchestré par le GESCA



Marlène Marcos :
Martine Della Rocca, vous occupez une fonction charnière dans un secteur économique complexe car avec beaucoup de ramifications, d’intérêts divergents et néanmoins communs… Quel regard portez-vous aujourd’hui sur cette mobilisation, rappelons le, unique dans l’histoire de la filière cheval ?
 
Martine Della Rocca :
Ce poste  de Coordinatrice Générale du GESCA, que j’occupe depuis sa mise en place en 2008, me permet d’être au fait de chaque action, d’observer et d’entendre  ce qui se passe, en un mot d’être témoin. A ce titre et devant la complexité de notre grande filière équine un éclaircissement me paraît nécessaire.
Pour préserver  les intérêts de son secteur, un Président de filière est appelé à passer dans les ministères et autres établissements publics, de longues heures en réunion,  au cours desquelles  les échanges  sont souvent rudes dans une atmosphère feutrée.. Les enjeux économiques et politiques sont considérables dans un espace-temps réduit.
Aussi dans ce contexte il est souvent difficile pour le Président de filière de communiquer au grand public. De ce fait le GESCA joue sa partition, en organisant  des débats, en adoptant  une diplomatie de proximité, et en recherchant  le compromis. Mais tout cela exige du temps et de la discrétion.
 
Ainsi, chaque trimestre depuis 2014, les cinq Présidents institutionnels (Fédération Française d’Equitation, Le Trot, Société Hippique Française, France galop, et la Société Française des Equidés de Travail) se rencontrent à l’initiative du GESCA sur des thèmes fédérateurs tels que la fiscalité, Ils ont ainsi appris à mieux se connaitre et à travailler ensemble sur des dossiers transversaux.
.
M.M : Est-ce à dire que le mouvement revendicatif qui agite la profession toute entière aujourd’hui est né dans ces réunions ?
 
M.D.R. :
Pas exactement. Ce qui se passe fait partie d’un programme d’actions établies par le GESCA 2016-2017 relayé ensuite, au fur et mesure de sa mise en place, par les organisations de la filière équine.
Tout a débuté, par un manifeste élaboré par un groupe de travail regroupant des collaborateurs experts issus des cinq secteurs de la filière équine « pour la mise en place d’une politique européenne globale et ambitieuse en faveur de la filière équine ».
Présenté lors  de  la conférence de presse au Sénat le 6 octobre 2016. Cette démarche commune, unique, dans toute l’histoire du monde du cheval a revêtu un caractère exceptionnel  qui a prouvé l’urgence et l’importance d’agir vite et uni.
 
MM : A-t-elle été perçue par l’ensemble des acteurs sur le terrain ?
 
M.D.R. :
Oui unanimement auprès les acteurs de la filière, ainsi qu’auprès de nos parlementaires
Mais ce sont les adhérentes de l’association Cheval Passion de Femmes qui ont réagi les premières. Parfaitement au fait de ce contexte économique désastreux, elles ont décidé d’apporter leur soutien à l’action des cinq (5) Présidents en organisant dès le 25 novembre 2016 un grand colloque au Sénat sur le thème : « les chefs d’entreprise prennent la parole ».
Elles ont écrit aux élus en région et aux candidats à la Présidentielle pour les informer de la situation économique catastrophique dans laquelle se trouvent les entreprises de la filière. Tous ces élus n’ont pas manqué de répondre qu’ils prenaient acte de ce constat, c’est déjà un début encourageant.
 
M.M.
Depuis, le sujet « TVA » est apparu et a abouti, lundi dernier 27 février 2017 à l’organisation  d’une conférence de presse au Salon de l’Agriculture, et à la signature officielle d’un appel aux pouvoirs publics ! L’agenda est respecté, les troupes suivent leurs Présidents… jusqu’ à quand ? Quel est le devenir de ce mouvement ?
 
M.D.R
Le problème de la TVA est réapparu au GESCA porté par la mobilisation des Présidents des différentes associations, syndicats et groupements, fédérations. Nous devons les féliciter pour leur rapidité à se mobiliser et pour certain à s’impliquer dans diverses actions. Une pétition a été lancée, le 27 février 2017 sur le site http://lechevalvamal.fr et en une semaine la barre des 13000 signatures a été franchie !
Mais il nous reste à traiter de nombreux dossiers moins médiatisés mais qui ont un impact économique tout  aussi destructeur pour l’ensemble des activités de notre filière. Nous devons rester vigilants, ne rien lâcher jusqu’à l’obtention de  solutions pérennes. C’est un combat de longue haleine qui demande beaucoup, d’engagement humain et financier. En restant unis et disciplinés, tous secteurs confondus derrière les cinq Présidents, nous leur permettons d’obtenir une écoute plus attentive des pouvoirs publics car, rappelez-vous, nous représentons : 55 000 entreprises, 180 000 emplois directs et indirects, 14 milliards d’euros de flux financier. Ca compte de nos jours et surtout à la veille d’élections nationales majeures, telles que les Présidentielles, les Législatives et les Sénatoriales. 
 
 
 
 






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :









1 2 3 4 5 » ... 22

Actualités | TROT TOP TOUR | Les actions | Portraits de Femmes | Filière cheval | Elevage | GESCA | Paroles d'experts | Adresses utiles | Coup de cœur | Coup de pouce