Notez

L’AFASEC

Une grande école au service des métiers des courses

L’AFASEC a mis sur pied une formation appelée “pôle intégré qualifiant aux métiers
du cheval”. Celle-ci consiste à prendre des demandeurs d’emploi adultes, des érémistes, et les intégrer dans les métiers du cheval. Forte de ses qualités professionnelles, la voilà partie en croisade afin de leur trouver un travail dans ces métiers du cheval qui semblent présenter actuellement un potentiel d’emplois. Et ça marche ! Voilà plus de trois ans que Laurence “récupère” ces passionnés de chevaux, mais plus ou moins en marge du marché du travail.



L’AFASEC
La plupart ont entre 18 et 35 ans et parfois même jusqu’à 45 ans mais voudraient après une carrière totalement différente, ou pas de carrière du tout, se reconvertir en lad- driver, cavalier d’entraînement, garçon d’écurie, voire plus tard driver ou entraîneur.
Il faut, avant de décrocher la formation, passer par une période de sélection effectuée par Laurence Aveillan, qui sera le “coach” de la formation. Laurence n’est pas dupe non plus de l’aspect “rêve d’enfance” de certains demandeurs d’emploi. Car parfois, passer du rêve à la réalité change la donne. Mais la chance est dans le camp des demandeurs d’emploi car l’AFASEC ratisse un peu plus large grâce aux récentes formations intégrant le monde des courses et du polo.
Les candidats à ces formations sont souvent des cavaliers de centres équestres, de concours hippiques, en situation d’échec dans leur profession, ou dans leur vie. Leur passion première reste les chevaux et la chance leur est donnée de travailler enfin dans un milieu qui leur plaît. La formation comprend deux modules : celui de cavalier d’entraînement courses et polo. Deux qualifications pour
le moment, bien que certains postulants puissent ne pas parvenir à réaliser leur objectif. Il leur sera délivré alors un certificat attestant le suivi de la formation. Ils auront malgré tout des notions d’équitation, de bonnes notions d’hippologie, et pourront intégrer une écurie comme palefrenier soigneur ou garçon de
cour. “ Ces formations ne sont pas diplômantes pour le moment mais qualifiantes, précise Laurence
Aveillan
Laurence travaille à plein temps à L’Afasec avec pour but de conduire ses “ élèves” à retrouver goût à la
vie professionnelle et même parfois à la vie tout court. Cela ne se passe pas sans mal. La vie dans une écurie de course est difficile, très physique, sans trop de distraction. Il faut s’accrocher, monter et travailler
dans le froid de l’hiver, sous la pluie, se lever aux aurores et éviter les états d’âme. Certains ont plus de mal que d’autres et Laurence est toujours là, pour réconforter, pour encourager, pour consoler parfois.. En tant que fil rouge de cette formation, elle les pilote pour tout, de bout en bout.
“ Je prends des intervenants pour les parties techniques. dit Laurence, Ils se chargent alors de les former sur le terrain, une personne a été recruter pour me remplacer car la formation professionnelle prend de l’ampleur à l’AFASEC et on ne peut pas être partout !”.
Les deux modules sont chacun sur dix mois. Dont un mi-temps aux écuries. Pour le reste, un nombre d’heures est défini à l’avance, par exemple, l’hippologie sur le cycle 3 est concentrée sur une trentaine d’heures, et bien sûr il y a du sport. Ensuite, ils ont un premier stage d’une semaine appelé “période de
découverte” puis quatre semaines de stage d’affilé en seconde période, puis en troisième période dix semaines. Tous les stages sont directement effectués en entreprise, trouvés par les soins de Laurence. Ce sont à l’évidence ces stages qui sont les plus révélateurs du tempérament exact de nos volontaires aux métiers des courses. Pour certains stagiaires, il est parfois nécessaire de changer d’entreprise car tout ne va pas fort. Il arrive qu’ils prennent peur à cheval, ou s’angoissent par rapport aux chevaux de courses qui sont, un peu particuliers et difficiles à gérer. Laurence n’a alors qu’une alternative,
les sortir des courses et les piloter sur des centres équestres ou une écurie de polo de la région qui prend également des stagiaires, mais de préférence avec possibilité d’embauche derrière. L’avantage de ces contrats de professionnalisation est la durée relativement courte des formations. Les demandeurs
d’emploi ne perdent pas de temps à se balader de stage en stage pour repartir quelquefois dans
un nouveau contrat de deux ans. Ici les choses sont claires : dix mois pas un jour de plus.
“ Mes stagiaires ont déjà travaillé et possèdent une expérience professionnelle. Ils ont moins de mal à s’intégrer, ajoute- Laurence, que des jeunes qui n’ont jamais travaillé et s’attaquent d’emblée à un
métier très dur”.
Ces formations permettent à des adultes chômeurs d’avoir un métier auquel ils n’auraient jamais pu prétendre auparavant, en reconversion. Actuellement ils sont une petite trentaine à en bénéficier. L’avenir est peut-être rose car il y a un réel besoin dans les écuries, de cavaliers d’entraînement, de lad drivers et de garçons de cour. Comme dans toute la filière, la proportion de femmes candidates pour ces postes est supérieure à celle des hommes.
La découverte de ces métiers assez masculins ne semble pas arrêter les femmes qui sont de plus en plus nombreuses à faire “tourner les manège s ” de France.


PLUS DE FEMMES QUE D’HOMMES DANS LES FORMATIONS QUI RÉHABILITENT UN
TRAVAIL DE PASSION
Formation pour adultes L’école des courses hippiques AFASEC développe des programmes
de formation pour les adultes aux métiers des courses.
L’école propose :
1. des formations professionnelles de courte durée pour les salariés des écuries de courses (formation continue) (CAPTAV et TUTEUR)
2. des formations qualifiantes ou diplômantes pour les salariés, demandeurs d’emploi ou
adultes en reconversion, passionnés de chevaux
Grâce à l’appui des 12 sites AFASEC, la formation peut avoir lieu sur l’ensemble de la France.
Pour en savoir plus, contact : 03 44 58 35 25


Roxane Legay




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :









1 2

Actualités | TROT TOP TOUR | Les actions | Portraits de Femmes | Filière cheval | Elevage | GESCA | Paroles d'experts | Adresses utiles | Coup de cœur | Coup de pouce