Notez

Jean Arthuis, député européen, s’allie avec le European Horse Network (EHN) pour mobiliser un Groupe Cheval fort au Parlement européen

Bruxelles, le 20 octobre 2016



Jean Arthuis, député européen, s’allie avec le European Horse Network (EHN) pour mobiliser un Groupe Cheval fort au Parlement européen
Jean Arthuis a réuni autour de lui au Parlement, des représentants de l’industrie équine pour lever les tabous et recenser les mesures à prendre pour garantir à la filière équine européenne un développement à long terme.
La place du cheval dans la société aujourd’hui est importante mais reste fragile et elle est même en déclin comme le souligne Jean-Louis Gouraud, écrivain, aventurier et éditeur du cheval. La présence de cet animal auprès des hommes est directement liée à la diversité des rôles et des tâches que ce dernier voudra bien lui confier dans les domaines du sport, de la compétition, du jeu, de la formation, du travail, de la médiation, de la thérapie, du spectacle.
Et pourtant Michèle George, double médaillée para-équestre aux Jeux Olympiques de Londres et Rio a réussi ces exploits sportifs car le cheval l’a aidé à se reconstruire et à marcher après un grave accident, c’est encore lui qui transporte des milliers de touristes dans les centres historiques notamment à Bruges grâce à Mark Wentein, Président du Réseau européen du cheval (EHN), c’est aussi le secteur de l’élevage qui créé des emplois dans l’agriculture en Espagne, alors que le monde agricole en perd tous les ans des milliers comme le précise Carlos Escribano Mora, Président du Haras de la Cartuja. Eric Andrieu, député européen, étudie d’ailleurs l’emploi dans le secteur agricole européen dans un rapport dont il a l’initiative. Il réaffirme ainsi avec force le lien entre la filière équine et la ruralité. 
Le cheval européen répond aux critères d’une PAC verte, l’élevage est une activité non intensive, la terre et les paysages sont protégés, entretenus mais James Murphy, éleveur irlandais et membre du COPA, signale que la mise en œuvre des règles agricoles ne se font pas de manière cohérente, les complexités administratives entravent les exploitations dans leur fonctionnement, la fiscalité n’est ni adaptée ni cohérente. Dominique de Bellaigue, Président du Trot français est revenu sur la question fiscale pour dénoncer les incohérences graves en matière de TVA selon les pays européens.
Taru Haapaniemi, de la DG AGRI, Commission européenne, affirme pourtant l’éligibilité du secteur dans le programme de développement rural. Dans le cadre des négociations sur la future politique agricole commune, elle prend acte des besoins du secteur.
L'un des moyens pour aider la filière à retrouver sa place dans le monde agricole est sans doute le retour du cheval dans la chaine alimentaire. Pierre Naassens, vétérinaire/conseiller n’a pas peur de lever ce tabou et d’affirmer que l’exclusion a vie de 50% des 7 millions de d’équidés européens est une aberration. Ce régime d'exclusion va à l'encontre des intérêts du cheval (difficulté à gérer la fin de vie, problèmes de bien-être, etc.) comme de ceux du consommateur (risques importants de fraude). Les mesures anti-gaspillages sont d’ailleurs citées parmi les priorités des actions européennes.
Enfin, une des sources importantes de financement de la filière, les paris hippiques, doit être confortée par l’adoption de règles de retour au sport et de préservation de l’intégrité des courses hippiques et compétitions équestres. Le modèle du pari mutuel qui finance le secteur à hauteur de 1,2 milliards d’Euros par an en Europe, a été mis en avant par Torbjorn Froysnes, représentant du Conseil de l’Europe.
 
Jean Arthuis souhaite donc avec l’aide de ses collègues du Parlement et du Réseau Européen du Cheval (22 structures représentant le cheval dans sa diversité) lister les failles, travailler sur les bonnes pratiques à mettre en avant, préserver les financements indispensables.
Les députés incitent la filière à mieux communiquer sur sa diversité, ses apports, ses succès. En 2030, le cheval pourrait devenir un « cheval citoyen » et développer de nouvelles fonctions selon Françoise Clément de l’Institut Français du Cheval et de l’équitation.
 
Jean Arthuis a clôturé la séance ainsi : « Le cheval a besoin de plus d’Europe et peut aussi aider l’Europe à avancer en rendant vivant les territoires, en propageant des modes vies sains et en rétablissant des liens sociaux et populaires indispensables. »
 
Un rendez-vous est pris dans 6 mois pour étudier les modèles de financement soutenable de la filière.

Plus d’informations sur EHN : www.europeanhorsenetwork.eu
Membres du Réseau Européen du Cheval:
European and International Associations linked to horses (Breeders, Sport, betting, research)
EFTBA - European Federation of Thoroughbred Breeders Associations , FEI - International Equestrian Federation, European Equestrian Federation, EPMA - European Pari Mutuel Association , Pole Filiere Equine (Normandie) representing the Network of European Equestrian Regions, British Horse Society, FEIF – Icelandic Horses, WBFSH – World federation of Sport horses Breeders, Swedish Horse Council Foundation, IFHA - International Federation of Horseracing Authorities, UET - European Trotting Union, World Horse Welfare, FECTU – European Draught Horse Federation, FNRS – Equestrian Centres in Netherlands, GESCA, French equine professionals
 
 Le Réseau européen de cheval a collecté les chiffres provenant de différentes études pour donner une estimation du secteur Cheval en Europe:
• 100 milliards d'euros par l'impact économique
• 400 000 emplois à temps plein équivalents fournis par le secteur
• 7 millions de chevaux en Europe
• 6 millions d'hectares de prairies permanentes consacrées aux pâturages
• Un secteur en pleine croissance par le nombre de cavaliers
 
EHN Office - Square de Meeus, 40 – B- 1000 Bruxelles 






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :









1 2 3 4 5 » ... 22

Actualités | TROT TOP TOUR | Les actions | Portraits de Femmes | Filière cheval | Elevage | GESCA | Paroles d'experts | Adresses utiles | Coup de cœur | Coup de pouce