Notez

COMMUNIQUER : CHOIX OU NECESSITE ?

15 400 000 sites internet répertoriés sur Google sur ce simple mot : communiquer. Pas de doute, quel que soit le secteur d’activité, impossible d’y échapper. Mais comment se décline cette fonction au sein de la filière ? Analyse.



COMMUNIQUER : CHOIX OU NECESSITE ?
Dans notre monde dominé par l’image, ne pas être visible équivaut à ne pas exister. Communiquer est devenu vital pour se faire connaître, pour convaincre, pour vendre. Quel que soit le message et ses destinataires : il faut communiquer ! Honni celui qui pense que la communication s’improvise. Le domaine du ‘faire savoir’ requiert la mise en œuvre des technologies de l’information, de l’écrit, de la parole, de l’image et du son. Ne me démentiront ni les acheteurs d'espaces publicitaires qui négocient les meilleurs emplacements aux meilleurs prix, ni les attachés de presse qui, comme leur nom l’indique, ont pour mission de porter à la connaissance des journalistes : une marque, un artiste, une entreprise, une collectivité locale ; ni les chargés de relations publiques qui développent eux l’image de marque de l’entreprise pour laquelle ils travaillent ; les chefs d'atelier des industries graphiques, responsables de la fabrication des imprimés, design, logos, emballages, illustrations ; les opérateurs en PAO techniciens de la publication assistée sur ordinateur, les rédacteurs techniques spécialistes de l’information et de la communication écrite ; les régisseurs de spectacles, véritables chefs d’orchestre des représentations théâtrales ou chorégraphiques …. La liste longue, plus longue encore, mais vous l’aurez déjà compris : communiquer est affaire de professionnels.

« Communiquer une affaire de professionnels »

Comment la filière équine s’est-elle-adaptée ? Comment s’organise-t-elle ? Parvient-elle à faire cohabiter autant de métiers si différents et malgré tout indissociables ?
Pour essayer de vous apporter quelques éléments de réponse, nous avons fait le choix d’aller sur le terrain, en région et non dans les sociétés mères ou les institutions, qui de par leur importance possèdent de gros services de communication intégrés, extrêmement structurés, dans lesquels on retrouve une représentation des professionnels précédemment cités et bien d’autres. L’importance des budgets qui leur sont alloués leur permet d’exceller dans leur domaine. Pour preuve, l’impact sur le public de toutes les grandes manifestations du Trot, du Galop ou de l’Equestre. Nous avons donc préféré nous intéresser à ce qui se passe dans les sociétés de course de Province.
Deux situations différentes mais fidèles à la réalité du terrain, ont retenu notre attention : celle de l’hippodrome de Vichy et celle de Deauville-Clairefontaine.
L’une possède un service de communication, l’autre fait appel à une agence extérieure (agence, qui de plus, intervient auprès de tous les hippodromes de la Fédération des Courses du Centre Est.) Dans les deux cas, deux professionnelles, très pointues, (Bac+4/5) sont à leur tête : Adelise Roche à Vichy, Axelle Maître de l’agence Arène Evènements à Deauville-Clairefontaine.
Adelise est titulaire d’un master 2 de Management d’Organisations et d’Evénementiels Sportifs.
Axelle, après un Deug de droit a obtenu une maitrise de communication.
Autre point commun : toutes les deux ont choisi ce métier très tôt par amour du cheval. Cavalières dès l’enfance, elles souhaitaient l’une et l’autre exercer dans ce domaine. Elles sont arrivées aux courses par le biais de stages qu’elles ont du suivre durant leur cursus universitaire.

Adelise, en place à Vichy, en tant que Directrice de la Communication et du Marketing est secondée, à plein temps par l’Assistante du Service Communication et Marketing : Pascale Perfetti, en place dans la société avant son arrivée, puis pendant la saison par trois jeunes filles et une dizaine « de petits jeunes ». « Ma mission comporte trois axes, explique-t-elle : organiser : - des événements grand public du type de la soirée de la femme (qui réunit 15 000 spectateurs) tout comme celle du Grand Prix de Vichy-Auvergne ou encore la soirée du chasseur ou la journée des enfants (soit 3000 personnes). Puis, à l’attention des professionnels organiser et animer le Festival du Trot (cette année du 30 Juin au 5 Juillet) et la Grande Semaine du Galop (du 20 au 26 Juillet). Dans les deux cas, notre but est de tout mettre en œuvre pour faire venir les têtes d’affiche. Enfin pour dernière mission je dois développer la commercialisation d’un nouveau bâtiment, Le Lac d’Allier, de 300m2 à destination des entreprises et de nos partenaires. »

Des résultats inégalés

Résultat de cette programmation qualitative et de ces événements majeurs associés à un calendrier d’animations festif et grand public, relayé par une présence médiatique forte (affichage, cinéma, télévision régionale, radios, internet) et l’action conjuguée de Jean-Charles Schill Responsable du Service Presse et Nadia Mester des Relations Extérieures « Tous les records de fréquentation sont pulvérisés tout au long de l'année ».

Même succès affiché à Deauville-Clairefontaine où Axelle Maître affirme non sans une juste fierté : « Avec seulement 19 réunions annuelles nous drainons 70 000 visiteurs et sommes le premier hippodrome de France au niveau PMH avec une moyenne d’enjeux de 167 000€ par jour de courses. » Et de nous expliquer : « L’hippodrome qui n’avait pas les moyens de payer des salariés à plein temps a fait appel à notre agence. Nous gérons la totalité de la communication. Nous avons élaboré notre stratégie sur un principe : plus qu’un champ de courses, un hippodrome doit être un champ de fête pour toute la famille. Moyennant quoi, nous organisons chaque journée de réunion autour d’un thème : exposition de peintures, défilé de mode, cours de cuisine, concerts, journée de la presse, du sport, de la philatélie, des produits du terroir, soirées d’exception à grands spectacles… Aucun « temps mort », à chaque instant l’attention du public est retenue. Dès le matin, nous leur proposons des visites guidées de l’hippodrome, avec baptêmes d’attelage et de sulkies, suivies d’apéritifs. Nous sommes également très actifs auprès des enfants ( cadeaux à gogo, goûters offerts, aires de jeux, circuits de mini-voitures MSA Renault, mini sulkies, poneys, etc., etc.… »
Inutile de préciser que tout ceci demande, de la part de l’agence d’Axelle, un travail régulier et des relations suivies, tout au long de l’année, avec ses 169 partenaires différents. « Si nous voulons pérenniser et développer ce partenariat nous devons ne jamais rompre le contact. Il faut savoir que certaines entreprises refusent d’associer leur image à celle du jeu, nous devons nous montrer persuasifs pour leur faire admettre notre nouvelle approche et notre nouvel concept des hippodromes » précise-t-elle.

Notons encore que dans les deux cas, tant à Vichy qu’à Deauville-Clairefontaine, Adelise et Axelle veillent en permanence à l’amélioration de la qualité de l’accueil du public et du renseignement notamment quant à la façon de jouer.

Autre point commun entre les deux jeunes femmes : ni l’une ni l’autre ne ménage son temps. « Faire ce métier correspond à un état d’esprit. C’est accepter de mettre sa vie personnelle de côté » affirment-elles d’une même voix et sans s’être concertée. Puis, à l’intention des futures communicantes, elles concluent, toujours à l’unisson : «Pensez à garder une formation généraliste pour rebondir quoiqu’il se passe ».

Une professionnalisation extrême, une disponibilité égale, le sens des réalités d’un secteur difficile, (le budget de la communication bien qu’indispensable est, oh paradoxe, celui que les entreprises en cas de difficultés suppriment souvent en premier), des résultats convaincants et inégalés, la gentillesse en plus, voici ce que nous avons rencontré sur ces deux hippodromes.

Représentatifs des sociétés de courses qui ont reconnu la nécessité de s’entourer d’un service de communication et qui ont en eu, aussi, les moyens, ils ne peuvent évidemment pas nous faire oublier tous les autres. Tous ceux qui souhaitent mettre en œuvre les mêmes actions mais faute de budget font appel à tous les anonymes, les bénévoles, les autodidactes de bonne volonté pour maintenir en vie leur société.


« Le plus grand bien que nous faisons aux autres hommes n'est pas de leur communiquer notre richesse, mais de leur révéler la leur. » [Louis Lavelle - Extrait de L'Erreur de Narcisse]


Marlène Marcos




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :









1 2

Actualités | TROT TOP TOUR | Les actions | Portraits de Femmes | Filière cheval | Elevage | GESCA | Paroles d'experts | Adresses utiles | Coup de cœur | Coup de pouce